Georgik

REPÈRES BIOGRAPHIQUES

Georgik Braunschweig est né en 1957 à la Chaux de Fonds, en Suisse, il arrive en 1974 à Paris où il termine ses études et fait ses premiers dessins (machine à écrire et fer à repasser)
1977-1978 : Passe une année à New York, étudie à la Parson’s School of Design et place une de ses histoires dans le magazine Heavy Metal.
Il revient en France, rencontre Daniel Cordier, qui l’initie progressivement à la peinture et fait découvrir son œuvre au Centre Georges Pompidou, en 1989, lors de la donation de sa collection personnelle aux Musées Nationaux, en faisant entrer dans les collections du Musée, quatre de ses toiles.
En 1989, Georgik, qui a découvert l’informatique deux ans auparavant, se lance avec l’aide d’un électromécanicien de ses amis dans la mise au point d’une table traçante qui lui permettra de matérialiser ses tableaux réalisés à l’ordinateur. En 1993, une nouvelle table traçante, par aérographe et couleur soufflée remplace la précédente table, qui fonctionnait par bras articulé déposant l’image à la plume point par point.
1993 : Il participe au café électronique (voir « Artistes en réseau, un art de la préfiguration » de Don Foresta et Alain Mergier, Revue d’esthétique 25/94, p. 79-92).
1993 : Exposition personnelle au Centre culturel français de Gênes (Italie).
1994-5 : Exposition personnelle à la galerie Philippe Gand, Paris.
1996 : Exposition Galerie Claudine Lustman, Paris.
En 1997, il explore de nouvelles techniques, qui ne passent plus par l’informatique : enchevêtrement de bandes de papiers découpés, matiérage de coton et superposition de plaques de verre cassé.

En 2005 et 2006-2007, la Donation Cordier, exposée aux Abattoirs de Toulouse, intègre de nouveaux tableaux de Georgik.
En 2006, exposition rétrospective Galerie Chave
Dans ses travaux récents, Georgik délaisse tout carcan mécanique et se livre au tatouillage et à la confiture qui lui
permettent de découvrir de nouvelles images.

CATALOGUES sur Georgik