ARCHIVE 2013

VERBENA, MICHEL ROUX & YOUSSOUFI

Jusqu’au 31 décembre 2013

PASCAL VERBENA

BIOGRAPHIE

Est né le 16 août 1941 à Marseille.

Homme de la mer, du voyage et de l’aventure, à 18 ans il embarque sur un cargo, travaille à bord et joue de la guitare dans les ports.
Après un long dépaysement de quatre ans, il est engagé au Tri Postal à Marseille où il travaille jusqu’à sa retraite, en équipe de nuit. Pour conjurer la monotonie de ce labeur, le jour il rencontre des artistes, ses amis.
Sans avoir jamais fréquenté l’Ecole des Beaux-arts, il se constitue de façon intuitive ses propres repères esthétiques.
Il crée ses premiers habitacles dans les années 1970.
A réalisé de nombreuses expositions personnelles et collectives en France et à l’étranger depuis 1977

Expose à la galerie Chave depuis 1991 :

1991 : Galerie Chave, Vence. Catalogue.
1995 : Galerie Chave, Vence. Catalogue.
1996 : Galerie Chave, Vence. Catalogue.
Publication d’ « Ephémère Oasis ».
2000 – 2001 : Galerie Chave, Vence. Catalogue.
2004 : Galerie Chave, Vence.
2007 : Galerie Chave, Vence. Présentation de « La bise de l’âne ».
2010 : Galerie Chave, Vence. « Retour de Saint-Jacques-de-Compostelle ».
2013 : Galerie Chave, Vence, « Silence et murmure ».
Pascal Verbena dédie cette exposition à son ami Sam Farber, grand collectionneur new-yorkais, qui vient de disparaître et qui avait fait don en 2012, de l’œuvre de sa collection L’holocauste (P. Verbena – 1988), au Musée de l’art brut de Lausanne.

MICHEL ROUX
Le domaine des signes

PRINCIPALES EXPOSITIONS

1976 : « Encre de Chine », Galerie Chave – Vence
1978 : Biennale de Menton,
« Cinq dessinateurs varois », Saint-Maximin – Var
Présentation du livre « Hiérogrammes » de F.Cali et Michel Roux, Galerie Chave
1979 : Triennale du dessin de Nuremberg – Allemagne
Exposition de groupe Villa Arson – Nice
Prix de dessin de la ville de Draguignan
1981 : E.L.A.C. Lyon : « Le monde d’Alphonse Chave »
1983 : Galerie Chave. Catalogue avec texte de Gilbert Lascault
1984 : « Sur invitation » Musée des Arts Décoratifs, Paris
« L’écriture dans la peinture » Villa Arson, Nice
1985 : Anthologie de la création contemporaine dans le Var, musée de Toulon
1986 : Exposition personnelle Galerie Chave. Catalogue avec un texte de J.Mouton
1989 : Exposition Galerie Chave. Catalogue avec un texte de Pierre Gaudibert
1991 : « Pour le dessin » musée Ingres de Montauban
Musée de Gap
1992 : « Nouvelles acquisitions du FRAC-PACA » : Marseille et Toulon
1993 : « Labyrinthes » Galerie Chave, textes de divers auteurs
1994 : Hommage à la Galerie Chave, Institut Culturel Français de Florence
1997 : « Autour d’un livre » SAGA, Paris puis Galerie Chave.
1998 : « Ecritures en boustrophédon » Galerie Chave puis Musée de Vienne – Isère
2000 : American Primitive Gallery, New York
2002 : Musée de Draguignan.
Galerie Chave. Catalogue avec un texte de Jérôme Chave
2003 : « Dessins de mine, dessins de plume, dessins de poils, dessins de crins  » Galerie Chave
2004 : Phoebus Galerie, Rotterdam – Pays-Bas
2005 : « Petits formats » Galerie Chave
2006 : Centre d’Art de Saint-Fons
2007 : Galerie Chave, Vence. Catalogue avec textes de Jérôme Chave et Giovanni Joppolo
Galerie Dettinger – Mayer, Lyon
2011 : Orangerie Gut Ostenwalde Melle (Allemagne)
2013 : « Le domaine des signes » Galerie Chave de mai à fin décembre.

BIOGRAPHIE

Michel Roux est né le 11 août 1950 à Cotignac (Var).
Instituteur de 1972 à 1977, il dessine depuis 1972.
Il décède le 7 novembre 2013.

LE DOMAINE DES SIGNES

Il y a une vingtaine d’années, il était difficile de convaincre le spectateur que les dessins de Michel Roux n’avaient pas été dessinés par un ordinateur, une remarque qu’il prenait sans agacement. Depuis, la naïve croyance en une omnipo-tence de l’ordinateur a disparu. Chacun a son ordinateur à la maison et un enfant peut générer des images parfaites et des sons parfaits, tous deux dignes du plus grand dessina-teur ou du plus grand musicien, et tous deux parfaitement synthétiques et aseptisés. L’imperfection du son d’un véri-table piano est absente dans la musique par ordinateur. Sans erreur, sans flou. Or, sans erreur, il ne peut y avoir d’art, à l’image de la pensée. Tout comme les organismes évoluent par des successions de subtils bricolages, la pensée évolue par tentatives, par de confus processus d’essais et d’erreurs.

La phyllotaxie est la discipline scientifique qui étudie l’arrangement des organes des plantes, leur Bauplan. La structure d’une plante est décrite par les contraintes de son développement, mais aussi par les accidents de sa vie. Rien n’y est parfait. Elle est vivante. Les dessins de Michel Roux doivent être disséqués pour en percevoir leur Bauplan. Après un certain effort, on en perçoit toute la complexité. Michel Roux, dans Hiérogrammes (1978) dressait avec Fran-çois Cali le lexique de ces signes, et il en comptait 92. Au-cune tentative n’était faite pour invoquer un sens primitif de ces signes. Ils avaient déjà bien évolué depuis les tout premiers dessins (1972) emplis de nuages désordonnés de symboles plus ou moins psychédéliques. La bouffée créa-tive du langage nouveau s’était déjà muée en une structure pré-syntactique et organisée, bien qu’emplie de variants non encore fixés. Marcel Cohen, dans La Grande Invention de l’Ecriture rapporte une évolution très semblable de l’écriture hiéroglyphique Egyptienne dans laquelle l’écriture symbo-lique fut lentement remplacée par une structuration plus abstraite, en partant plus efficace, vers 1200 avant notre ère. Un chemin de pensée convergeant fut suivi par les écritures chinoises.

De fait, l’un des critères majeurs de l’évolution d’une écri-ture est la recherche d’un syllabaire à la croisée entre l’économie du signe et la significativité de la représentation. Gelb, dans Pour une Théorie de l’Ecriture (1973) précise le sens organique de l’arrangement de tels syllabaires : « Horror vacui, c’est un grand principe aussi dans l’arrangement des signes ». La simplicité et facilité de manipulation a un sens dans celui développé par Michel Roux. Jour après jour, le scribe remplit des centaines de milliers de cases, il accole les signes les uns aux autres sans rien briser du travail de la veille. Les signes trop complexes, trop contrastés, ou tout simplement qui ne trouvent pas leur place dans le schéma, sont simplement purifiés du lexique, et sont finalement oubliés.

Entre le signe est la ligne, l’élément normalisateur. « Tout comme les maîtres d’école tracent des lignes avec leur stylet pour les enfants qui ne savent pas écrire, puis leur mettent en main les tablettes et les font écrire suivant ces lignes, ainsi la cité a tracé les lois inventées jadis par de vertueux législateurs »1. La froideur de cette grille est lentement ren-due à la vie par le développement des protubérances qu’elle enserre, dessinées l’une après l’autre par Michel Roux. La structure se dissout alors pour se réduire à un filigrane dont l’oeil finit par s’affranchir.
Lorsqu’on regarde le dessin à quelque distance, le quadril-lage finit de s’estomper et d’autres lignes de force émergent. Nous survolons alors le dessin, en réalisons les fulgurances, nous avons définitivement quitté les étroits chemins de signes que nous parcourions le nez sur le dessin, nous réali-sons l’ambition démesurée de l’entreprise, ce Babel de signes. Ernst Jünger décrivait le cristal comme un « être capable aussi bien d’intérioriser sa surface que de tourner sa profondeur vers l’extérieur ». Les dessins de Michel Roux se révèlent de cette manière, intériorisant le signe et révé-lant sa profondeur au spectateur.

Jérôme Chave

OMAR YOUSSOUFI
Sabliers

BIOGRAPHIE

Né au Maroc en 1950
Ecole des arts Appliqués de Casablanca
Ecole d’art de Luminy-Marseille
Vit à Aix-en-Provence

AMANDINE ROUSGUISTO
Les vêtures (Première exposition)

actu_15_1

BIOGRAPHIE

Amandine Rousguisto-de Backer est née le 22 juin 1980 à Nice.
Elle a une formation de technicienne des métiers du spectacle et un diplôme universitaire « Interaction : art et psychothérapie ».
Elle réalise aujourd’hui sa première exposition personnelle de sculptures textiles « Les vêtures ».

Vêtures d’Âme

On les verra apparaître. Elles seront là, immobiles, vêtues comme on ne les imaginait pas. Âmes sensibles de nos nuits, de nos souvenirs, corps obscurs. On ne le dira pas. Ce sera un secret. Je les ai vues, je les ai frôlées.
Comme elles s’étaient couvertes, comme elles s’étaient cachées, à l’intérieur d’elles-mêmes, comme elles s’étaient rassemblées, je me suis faufilé. Elles m’ont retenu.
Nous n’avons pas dansé ce soir, je n’étais pas d’humeur et puis je n’osais pas. Les songes sont précieux. On ne fait pas les fiers quand ils viennent à nous. Que je fus maladroit de voir ensemble ! Vous m’impressionniez. Je ne vous avais pas oubliées, je vous ai tant rêvées.

Si je vous disais qu’elles voltigent, que je les ai vues, tenir à demi-mots, à travers ciel ? Si je vous disais qu’elles murmurent ? Sitôt qu’on les approche, elles parlent avec l’étoffe des sibylles. D’un mystère langage qui me vient d’un lointain.
Petite, l’une venait, d’un été à l’autre, et nous savions tous deux, faire un château de ses drapés, disparaître sous les vichy. Plus grande, une autre dévoilait. Et faisait de la soie avec ses mains blanches pour couvrir nos corps juste après les baignades. Et quand il fait froid, dans un affreux automne, de laine certaine m’habille comme d’un feu qui veille.
Plus tard, quand il faudra, une encore saura m’abriter d’un lin inoubliable.

Comme elles ont tissé toutes mes saisons, comme elles ont su venir juste avant l’aube, juste avant les crépuscules, comme elles m’ont bercé, enlacé, transporté, elles sont les voix de tous les vents dans les feuillages, toutes les natures, toute la matière de ma mémoire et le rêve familier.

C’est mon secret.

Si vous les voyez, vous oublierez mes mots, les vôtres apparaîtront. C’est que leurs silhouettes, leurs formes, la voix de leurs tissus, leurs couleurs, leur regard discret, leur rassemblement, convoquent en chacun le voyage intérieur aux pays clandestins où nos âmes, solitaires, aimeraient habiter.

Guillaume Roux, écrit pour Vétures d’Amandine Rouguisto de Backer
Exposition Galerie Chave, Vence, Printemps 2013

DANIELLE NEGRO & BORIS BOJNEV

De Février à Avril 2013

DANIELLE NEGRO

1950 : Naissance à Nice
1969 – 74 : Ecole des Arts Décoratifs à Nice
1974 : Marseille Diplôme National des Beaux Arts
Présente une série de figurines en pâte à bois peintes
1978 – 80 : Restauration de fresques et de peintures dans les églises de l’arrière-pays niçois
1980 : Première exposition personnelle Galerie Chave
1980 – 88 : Restauration de maisons et création de peintures murales dans le département du Gard
Expose ses totems à Avignon
1988 : Attirée par les couleurs et les contrastes des pays orientaux, entreprend plusieurs voyages en Turquie et en Inde
Long séjour en Inde
Au retour se réinstalle à Nice
1992 : Réalise une série de nus féminins inspirés de son séjour en Inde
Chantiers de restauration de fresques et de plafonds peints
1996 : S’installe à Vence
Reprend son travail de sculptures peintes
Expositions de groupe
1997 : Utilise le fer et la soudure pour la réalisation de plus grands formats
1999-2001 : Préparation de son exposition à la galerie Chave
S’installe à Tourrettes-sur-Loup
2007 : Exposition de ses travaux récents à la galerie Chave
2009 : Quitte la région méditerranéenne
2010 : Exposition : Sculptures peintes – collages Galerie Chave

Nouvelle présentation de sculptures peintes de Danielle Négro (née en 1950 à Nice) réalisées à Tourrettes-sur-Loup avant 2009.
Toutes ces sculptures de petit et grand format sont des assemblages d’éléments récupérés : bois, fer, carton, recouverts de pâte à bois, tissus…peints de couleurs vives et jubilatoires, réminiscences de voyages en Inde et en Afrique

BORIS BOJNEV

PRINCIPALES EXPOSITIONS

1962 : Galerie A. Chave : Choses curieuses mises sous verre.
1963 : Galerie A. Chave : Visionnaires illuminés et voyants.
1964 : Galerie Henriette Legendre – Paris : La collection privée d’un marchand de tableaux de province.
1964 : Galerie L’œil écoute – Lyon : Clin d’œil à une galerie de Provence.
1969 : Galerie A. Chave : Haute Tension I.
1973 : Gilbert Pastor, Louis Pons et Lucien Henry organisent une rétrospective de ses œuvres au Musée de Flayosc.
1978 : ARC 2, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris : Les singuliers de l’art
1980 : Galerie Chave : Exposition personnelle.
1981 : ELAC Lyon : Le monde d’Alphonse Chave.
1988 : Création de l’Association des Amis de Boris Bojnev.
2005 : Galerie Chave : Les Auras de Boris Bojnev.
2005 : Centre d’art Boris Bojnev, Forcalquier.
2009 : De Dada à demain, L’esprit Chave, Fondation Hugues, Vence.
2013 : Galerie Chave